• Accueil
  • > Synopsis
  • > Une autre agriculture est possible, une autre volonté politique s’impose

Une autre agriculture est possible, une autre volonté politique s’impose

17 03 2011

Les idées reçues récurrentes.

Aucun jeune ne veut prendre le relais et se lancer
dans une activité agricole, plus de courage.
c’est un métier trop dur, la société ne produit
que du virtuel, de l’image.

Il y a bien longtemps que ce discours fait rumeur politique.

Pourtant, il y a plus d’un jeune que j’ai entendu souhaiter
s’installer mais qui a vite fait marche arrière
quand il a abordé concrètement son projet
et a été effrayé par le coût que représente
l’investissement foncier pour démarrer son activité.

Constat d’échec ? Non…Car il existe des réservoirs d’espoir
pour relancer une agriculture saine, de proximité,
porteuse d’emploi, support du maintien des territoires.

Comment peut-on encore aujourd’hui abonder
dans le sens d’une agriculture intensive qui nourrit
essentiellement de mauvaises habitudes alimentaires,
dévoyées de leur vocation première ? 

Nourrir les populations !

Comment ose t-on se réfugier derrière une agriculture
dits « biologiques » pour des produits certes sains
mais ayant parcouru une partie de l’Europe
à dos de camion pour aterrir dans nos assiettes ? 

Comment peut-on nier l’existence de terres fertiles dans le Var,
en région Provence Côte d’Azur, en Méditerranée,
là où toute l’alimentation occidentale a puisé
pendant des siècles ses origines, ses traditions,
ses savoirs-faire ?

Il est urgent que nos politiques locales soient portées
par des femmes et des hommes responsables,
lucides et conscients que des terres agricoles
sommeillent et n’attendent que le signal
d’un nouveau départ.

Sur le Canton de Saint-Tropez, c’est approximativement
400 hectares qui pourraient faire l’objet d’une attention particulière,
d’une requalification sérieuse pour permettre l’établissement
de structures agricoles familiales ou coopératives.

Les bienheureuses AMAP compensent pourtant bien,
par la voie associative, la carence politique.

Mais là où l’on finance des projets déja obsolètes
de par leurs tenants et leurs aboutissants (LGV, Iter),
on grêve les subsides pour des acquisitions foncières
qui bénéficierait sur toute la ligne à la collectivités
et rejaillirait sur l’humain,
en bien-vivre, bon-vivre, vivre ensemble.

Si certains, encore sceptiques, veulent ouvrir le lien ci-après,
ils apprécieront le mépris des élus en place car des outils
existent, créés par le législateur.

Ils demeurent comme des trésors enfouis,
attendant peut-être ceux qui sauront les mettre à jour
et en distribuer les bienfaits.

Jean-Laurent Félizia,
Petit-fils de Paysan

http://www.experimentation-paen.fr/index.asp


Actions

Informations



Laisser un commentaire




AH ! ÇA IRA ! |
collectivités territoriales... |
l'agenda de la section |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aidedeveloppementafrique
| rouletabille
| Quand la vérité blesse